Les fichiers témoins de votre navigateur sont désactivés. Certaines parties du site pourraient ne pas fonctionner correctement ni être disponibles. Pour les activer, consultez la section d’aide de votre navigateur.

StateFarm Canada est maintenant Desjardins Assurance

State Farm Canada est maintenant Desjardins Assurances. Votre agent local de State Farm sera désormais connu sous le nom d’agent de Desjardins.

Pour plus de détails, visitez le desjardinsagents.com/changements-state-farm-canada.

Vous souhaitez accéder au site américain de State Farm? Visitez-le ici : statefarm.com.

Votre province

Avis important à nos assurés

Le Service de police de Laval a fourni le 14 juin 2019 de l’information permettant au Mouvement Desjardins d’établir que les renseignements personnels de 2,9 millions de membres ont été communiqués à des personnes à l’extérieur de l’organisation. Seuls les membres des caisses Desjardins sont concernés par la situation. Apprenez-en plus.

Saut au contenu

Plus de la moitié des cyclistes ou leurs proches ont été victimes d’un accident.

Quelques réflexions sur la sécurité à vélo dans les rues achalandées du Canada tirées des résultats d’un nouveau sondage de State FarmMD

Aurora (Ontario), le 26 juillet 2016 – La température estivale est parfaite pour une promenade à vélo, et les cyclistes canadiens en profitent pour sillonner les routes du pays. Cependant, arriveront-ils à destination sains et saufs? Il s’agit là d’une préoccupation constante des collectivités, petites et grandes.

Conducteurs et piétons distraits, travaux de construction, obstacles ou autres cyclistes qui ne respectent pas les règles de sécurité : partager la route en toute sécurité est un combat de tous les instants. Ce n’est donc pas surprenant qu’un Canadien sur quatre estime qu’il n’est pas prudent de circuler à vélo dans les rues d’une ville.

Les frictions entre les cyclistes et les automobilistes sont bien documentées. Selon un récent sondage national mené par State Farm Canada, 55 % des conducteurs canadiens jugent que les cyclistes qu’ils croisent sur leur chemin sont nuisibles. Cet « amour » est réciproque : un pourcentage presque similaire de cyclistes, soit 54 %, est à son tour agacé par les comportements des automobilistes.

« Le conflit entre les automobilistes et les cyclistes ne date pas d’hier. L’absence d’infrastructures à l’usage des adeptes du vélo et la confusion quant aux règles encadrant le partage de la route expliquent en bonne partie ce conflit », affirme John Bordignon, porte-parole de State Farm. « Des choses qui semblent insignifiantes aux yeux des conducteurs, comme des bouches d’égout et des nids-de-poule, sont très dangereuses pour les cyclistes. Par contre, si ces derniers ne respectent pas le Code de la route ou prennent toute une voie à eux seuls, ils risquent de recevoir quelques coups de klaxon. Mieux comprendre les lois locales, rester concentré et surtout sobre, au volant comme au guidon, est essentiel pour notre sécurité à tous. »

Pédaler dans la circulation

Logiquement, plus il y a de la circulation, plus il y a de danger pour les cyclistes, mais les grandes artères ne sont pas désertées pour autant. Près de 20 % des répondants qui utilisent leur bicyclette pour se déplacer affirment qu’ils empruntent des rues achalandées. Plus de la moitié d’entre eux ont été victimes d’un accident ou connaissent quelqu’un qui a vécu une telle mésaventure.

Capacités affaiblies et distractions

La bicyclette est une activité plutôt dangereuse si l’on en croit Statistique Canada, qui révèle que près de 7 500 cyclistes sont blessés gravement chaque année. Le risque augmente si la personne qui tient le guidon est sous l’effet de l’alcool ou de la drogue, ou si elle est distraite. Fait alarmant, 36 % des cyclistes qui empruntent des artères achalandées et plus de la moitié des adolescents canadiens confient avoir déjà texté en roulant.

Pour ce qui est de la conduite avec facultés affaiblies, plus de 72 % des répondants croient que les cyclistes devraient recevoir les mêmes sanctions que les automobilistes.

Améliorer la sécurité

Les cyclistes peuvent faire de petites choses pour se protéger un peu mieux. Par exemple, 8 répondants sur 10 croient que le port du casque devrait être obligatoire. Se faire voir et entendre par les automobilistes en se munissant d’une sonnette et de phares ou de réflecteurs est aussi important. Malheureusement, près de 40 % des Canadiens ignorent que les cyclistes sont tenus par la loi d’installer une sonnette et des phares ou des réflecteurs sur leur vélo.

Il est important de ne pas serrer les cyclistes de trop près lorsqu’on les dépasse en voiture, surtout en l’absence de voie réservée. Toutefois, un peu moins de 45 % des Canadiens sont persuadés que les conducteurs n’ont pas à laisser plus d’un mètre entre leur voiture et les cyclistes qu’ils dépassent.

Ressources supplémentaires

Il s’agit du deuxième d’une série de trois communiqués publiés par State Farm en 2016 pour dévoiler les résultats du sondage et les opinions des Canadiens à propos de leurs habitudes de conduite et de la sécurité routière.

Le premier était Canadians who drive while high on marijuana believe they can do so safely - https://www.desjardinsagents.com/a-propos/salle-nouvelles/20160520-conduire-consommation-drogue (en anglais seulement).

Renseignements (à l’intention des journalistes uniquement)

1 866-866-7000, ext. 5553436
1 514-281-7000, ext. 5553436
media@desjardins.com

À propos du sondage

Le sondage a été réalisé en ligne en mars 2016 auprès de 3 000 répondants en âge de conduire dans l’ensemble du pays.

Ce communiqué de presse a été diffusé avant la transition de State Farm Canada à Desjardins Assurances.

Haut de page